Forum de codage libre service
Ouvrir le menu

Partagez | 
 

 Fiches de présentation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
blackheart.
Admin
avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 13/03/2015

MessageSujet: Fiches de présentation    Dim 18 Juin - 0:22

Citation :
NOM elle en a plusieurs, trois pour être précis. cependant, elle utilise celui de son père biologique : rosenbach. sur son acte de naissance on peut voir qu’elle s’appelle en réalité rosenbach kepner rhodes, kepner étant celui de son second père, et rhodes étant celui de sa mère biologique. PRÉNOM(S) elle se prénomme leah. avec un prénom aussi court, ce n’est pas évident de lui trouver un surnom, et puis c’est tant mieux, elle en a horreur. ÂGE elle est âgée de vingt-huit ans. bien qu’elle approche de la trentaine, son âge ne lui fait rien. NAISSANCE elle est née le vingt-neuf janvier en mille neuf cent quatre-vingt-neuf à auckland, en nouvelle-zélande. NATIONALITÉ elle est une citoyenne néo-zélandaise, et elle aime son pays.  ORIGINES elle a des origines américaine par son second père, mais ça ne compte pas réellement, si ?  STATUT CIVIL elle est célibataire depuis quelques mois, lâchement abandonnée par celui qu’elle aimait suite à l’annonce de sa maladie.   ORIENTATION SEXUELLE elle trouve les courbes féminines bien séduisantes, mais pourtant, la brune ne se sent bien qu’avec des hommes, elle est donc hétérosexuelle.  OCCUPATION elle adore les enfants, c’était donc naturel qu’elle s’oriente dans ce domaine, elle est infirmière dans le service pédiatrie.  ARGENT elle n’a pas à se plaindre, elle est dans la moyenne.  GROUPE elle garde le sourire, elle est heureuse, elle est positive minds. THE FORTUNE TELLER « bitch karma can kiss my ass »

❇ ❇ ❇

apaisante ∴ courageuse ∴ curieuse ∴ émotive ∴ énergique ∴ féminine ∴ franche ∴ impatiente ∴ indépendante ∴ joyeuse ∴ nerveuse ∴ optimiste ∴ possessive ∴ réaliste ∴ rêveuse ∴ romantique ∴ sensible ∴ simple ∴ vivante

Citation :
01 ∴ elle aime ce petit côté atypique de sa famille, du fait d’avoir deux pères et une mère. 02 ∴ elle ne peut pas s’empêcher de vérifier plusieurs fois que toutes les portes ou les fenêtres sont bien fermées chez elle. 03 ∴ elle a besoin de sa dose quotidienne de caféine, dose qui est tout de même assez importante quand on voit la quantité de café qu’elle boit. 04 ∴ elle adore les enfants, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a voulu en faire son métier et elle se plait tellement dans ce qu’elle fait. 05 ∴ elle sait jouer du piano depuis l’âge de huit ans, sa mère lui a donné des cours, et quand elle s'ennuie, elle dessine ou plutôt elle gribouille sur un carnet de notes. 06 ∴ elle a une peur bleue de l’abandon, autant dire que cette peur s’est renforcée quand son petit-ami l’a laissé tomber en apprenant sa maladie. 07 ∴ elle n’a pas le permis de conduire. d’après elle, les examinateurs ont tout fait pour ne pas lui donner, mais en vrai, c’est un véritable danger public. du coup, elle se déplace en transport en commun ou bien à vélo. 08 ∴ elle est un désastre ambulant en cuisine, peut-être parce qu’elle ne prend pas le temps quand elle est chez elle, et qu’elle se contente d’avaler un sandwich rapide quand elle est à l’hôpital. si elle pouvait se nourrir que de café, elle le ferait. 09 ∴ elle fume, mais elle tente d’arrêter au moins deux fois par semaine, avant de reprendre et de se dire qu’il faut vraiment qu’elle arrête. 10 ∴ elle est accro à netflix, elle pourrait passer des heures devant son écran.

Citation :
Lorsqu’on est adolescent, on est souvent contraint de recevoir des moqueries de la part des autres mioches. Ils sont souvent cruels l’un envers l’autre, et cela ne s’améliore pas avec le temps. On peut parfois se demander de quel côté on peut mettre Leah. Elle est plutôt franche, et ce dès son enfance. Il faut avouer que la situation, dans laquelle elle se trouve, l’a beaucoup aidé à se forger un sacré caractère. Leah ne se laisse pas marcher sur les pieds, et c’est plutôt une bonne chose, parce que dans la vie, il y a beaucoup de personnes qui cherchent à vous déstabiliser. « Faut pas trainer avec Leah, c’est une fille bizarre. Elle a trois parents. » A quinze ans, Leah n’hésitait pas une seule seconde à répondre à ses moqueries dont elle était victime depuis des années. Et si parfois il fallait en venir à taper la personne qui a eu le malheur de lui dire quelque chose, elle n’a aucun remord à le faire. « Je préfère avoir trois parents, plutôt que deux gros cons comme les tiens. » On a cherché à la déstabiliser, en critiquant sa situation de famille, mais Leah sait bien où elle peut taper à son tour, pour pouvoir la déstabiliser en retour. Elle est très observatrice, et curieuse aussi. Les personnes parlent, et il arrive parfois qu’elle ait pu laisser trainer ses oreilles un peu partout. « Qu’est-ce que tu dis ? » « Moi, au moins, mes trois parents sont présents pour moi. Il est où ton père à toi ? J’suis pas sûre que ta mère te dise la vérité sur ce point. Enfin… j’dis ça, j’dis rien hein. » Un grand sourire au bout des lèvres, Leah était fière de sa répartie. Cette petite peste ne s’était tout de même pas arrêtée là, et elle était allée se plaindre au directeur de l’école. Une réunion avait été planifiée entre ses trois parents, et le directeur. Le soir, en rentrant, on ne peut pas dire que l’ambiance fut présente à la maison. Leah avait l’impression que ses parents n’arrivaient pas à comprendre ce qu’elle pouvait vivre à l’école. « Mais ils se moquent tous de moi. » « Ce n’est pas une raison pour répondre ma puce. Laisse les parler, c’est plus simple ainsi. » « Mais… » Sa mère ne lui laissa pas le temps d’en dire plus, elle lui coupa la parole, ne voulait plus parler de ce qui s’était passé quelques heures plus tôt à l’école où sa fille va. « Leah, non. La discussion est close. » Leah pestait contre elle-même. Elle avait vraiment cette impression que ses parents n’arrivaient pas à la comprendre, mais après, elle n’avait que quinze ans et on commence à se rebeller contre ses parents à cette époque. C’est vrai que ce n’est pas évident de vivre dans une famille avec trois parents. Pour la petite histoire, son père s’est rendu compte qu’il était attiré par les hommes lorsqu’il était à l’université. Sa famille l’a plutôt mal vécu et ils ont décidés de couper les ponts avec lui. Ce n’est que six ans plus tard qu’il a rencontré celui qui partage sa vie désormais. Au bout de quelques années de vie commune, ils ont décidés d’avoir un enfant. Ils ont pensés à l’adoption, mais les démarches restent tout de même très longues. C’est à ce moment-là que la meilleure amie est arrivée dans le tableau. Elle n’arrivait pas à trouver l’homme de sa vie, et elle se rendait aussi compte qu’elle vieillissait et qu’elle voulait un enfant. Elle avait même pensé à procéder à une insémination artificielle, parce que son désir d’enfanter était de plus en plus présent. A tous les trois, ils ont réussi à trouver un compromis. Ils auront essayés plusieurs fois de concevoir un bébé, et au bout de trois mois, la bonne nouvelle arriva. Elle était enceinte. Il a été convenu qu’ils seront tous les trois ses parents, et qu’ils vivront sous le même toit, pour ne pas perturber trop l’éducation de la petite Leah. Ils étaient tous les trois proches donc c’est plutôt pratique. Leah n’a aucun reproche à leur dire par rapport à leur éducation. Ils ont toujours tout fait pour elle, et lui rendre la vie plus belle. Leah ne pourrait pas les remercier assez pour tout ce qu’ils ont pu faire pour elle. Elle aime ses trois parents, et bien qu’elle ne vive plus avec eux aujourd’hui, elle est restée tout de même très proche d’eux. Elle n’a rien à envier aux autres familles. La sienne est exceptionnelle.

« Dis, tu viens à la soirée chez les Coleman ce soir ? » Elle fit cette remarque tout en sautant sur le lit de Leah. « J’peux pas Callie. » La brune était installée à son bureau, et notait quelques idées sur un bout de papier alors que sa meilleure amie était en train de s’adresser à elle depuis plusieurs minutes maintenant. Cherchant aussi à la motiver pour aller à cette soirée où elles étaient invitées toutes les deux ce soir. Callie adorait les soirées, et elle avait envie que sa meilleure amie l’accompagne ce soir. Si elle arrivait à la faire bouger de son bureau. « T’es bien trop sérieuse. » « Il faut bien que l’une de nous deux le soit. » « T’es pas drôle. » Callie se mit à soupirer, avant de se laisser tomber sur le lit de sa meilleure amie. Callie se contenta d’observer le plafond de la chambre de sa meilleure amie, sifflant quelques fois comme pour perturber un peu Leah. Et puis, au bout de quelques minutes sans réussir à motiver sa meilleure amie, Callie se leva du lit de son amie brune, avant d’aller fouiller dans son armoire. « J’peux savoir ce que tu fais ? » Leah avait posé son stylo, et se leva de son bureau avant de se rapprocher de Callie, qui était en pleine séance d’essayage dans l’armoire de Leah. « Je nous cherche deux superbes tenues pour ce soir. » Leah avait capitulé. Elle irait à cette fête avec sa meilleure amie. Et au final, la brune pouvait remercier son amie de l’avoir poussé à venir avec elle à cette soirée, parce que c’est durant cette soirée que Leah a rencontré Ben. Elle pourrait décrire cette soirée en détaillant absolument tout, un peu comme si elle s’était produite la veille alors que celle-ci date tout de même de quelques années. Leah cherchait sa meilleure amie mais elle était introuvable. Elle avait donc pris un verre et elle s’était réfugiée dans une des nombreuses chambres de la maison. Leah s’était posait sur le lit, avant de commencer à chantonner quelques mots. « T’as une belle voix. » Leah s’était arrêtée de chanter, surprise qu’il y ait une autre personne dans cette chambre. « Pardon. Je… je pensais être seule. » C’était évident en même temps parce que sinon elle ne se serait pas permise de chanter. « Je voulais pas te faire peur. » C’était facile de se rendre compte qu’elle avait flippée. Elle se sentait mal à l’aise, et elle s’était levée rapidement du lit, tout en remettant ses mèches de cheveux brunes derrière ses oreilles. Il esquissa alors un sourire avant de se rapprocher d’elle, s’installant à son tour sur le lit. Leah ne tarda pas à s’asseoir de nouveau. « Tu t’ennuyais à cette soirée ? » Leah haussa alors les épaules, avant de prendre la parole. « Un peu, oui. Ma meilleure amie m’a laissé en plan. Elle m’a forcée à venir à cette soirée, et elle me laisse tomber. J’me sens pas trop à ma place dans ce genre de maison, c’est un peu bourge pour moi. » « J’comprends. Ce n’est pas la meilleure fête que j’ai organisé. » Elle fut d’autant plus surprise face à ces paroles. « Oh, merde. J’suis vraiment désolée pour ce que j’ai dis… » Elle ne s’attendait pas vraiment à tomber sur la personne qui vivait ici et celle qui avait organisé cette soirée. Elle s’en voulait, ne savait plus où se mettre. Ben ne put s’empêcher de sourire, avant de prendre de nouveau la parole, pour la rassurer un peu. « Et si on allait faire un tour ? » Ben se leva de son lit et tendit sa main vers Leah. « Mais… et ta soirée ? » « Ils se débrouillent très bien sans moi. Et puis… j’préfère passer le reste de ma soirée en bonne compagnie. » Leah se sentir rougir, mais elle avait tout de même accepter de faire un tour avec lui. Ils ont marchés dans la ville pendant plusieurs heures avant qu’il ne la ramène chez elle. Rien ne s’est passé entre eux durant cette soirée-là, ils ont simplement parlés. Et puis, ils se sont revus quelques temps après. Et à partir de ce moment-là, ils ne se sont plus quittés. Du moins, c’était ce qui était prévu.

« I just want to see you, when you’re all alone. I just want to catch you if I can. I just want to be there, when the morning light explodes. On your face, it radiates. I can’t espace… » Ben était en train de chanter une des chansons que Leah préférait, et il ne s’était pas rendu compte qu’elle venait de se réveiller à ses côtés. « I love you ‘till the end. » La brune avait commencé à chanter à son tour, mêlant sa voix à celle de son petit-ami. Ben posa sa guitare sur le sol, avant de prendre Leah dans ses bras. « J’suis désolé ma puce. J’voulais pas te réveiller. Tu m’connais, impossible de m’empêcher de jouer. » Leah esquissa un sourire avant de poser ses lèvres sur celles de Ben, pendant quelques secondes. « J’adore t’entendre la jouer. » Une chose est sûre, tout se passe bien dans leur couple. C’est un peu comme si Ben et Leah s’aimaient comme au premier jour de leur relation. Leah se retrouvait désormais à travailler en tant qu’infirmière en pédiatrie à l’hôpital de Wellington. Ben lui écrivait des chansons et profitait des scènes dans les bars pour les jouer. Tout semblait parfait, Leah avait tout ce dont elle désirait. Ses parents étaient autant présents pour elle, ses pères ainsi que sa mère. Ils ne se trouvaient pas dans la même ville, puisqu’ils sont restés à Auckland, mais elle tente d’aller les voir le plus souvent possible. Elle a de nombreux amis, et puis, elle avait Ben. Leurs sentiments se renforçaient au fur et à mesure des années qui passaient. Leah ne pouvait pas confirmer que Ben était l’amour de sa vie, celui avec qui elle terminerait sa vie, mais elle pouvait se permettre du croire. Pour l’instant, ils étaient ensembles tous les deux, et tout se passait pour le mieux. Du moins, c’était avant qu’une nouvelle vienne perturber son quotidien. C’était un soir, alors qu’elle rentrait dans le petit studio que Ben louait et qu’elle squattait le plus souvent possible, délaissant complètement son appartement à elle. Ces derniers temps, elle se sentait fatiguée, elle avait même constaté une perte de poids. Elle pensait que c’était dû au stress au travail. Leah aime tellement ce qu’elle fait qu’elle se donne à fond, alors peut-être que son corps lui faisait signe de s’arrêter, de stopper un peu. Suite à un énième malaise, le verdit fut tombé. C’était donc avec un teint pâle que Leah était rentrée chez son petit-ami pour lui annoncer la nouvelle. « Il faut qu’on parle, Ben. » En général, ce genre de remarque n’annonçait rien de bon. Leah n’était pas certaine de trouver les bons mots pour le lui annoncer, mais il le fallait. Elle ne pouvait pas le laisser dans l’ignorance. « Je suis malade. » Leah semblait si sérieuse que Ben ne pouvait que la croire. Elle vient s’asseoir à ses côtés, et Ben ne tarda pas à prendre sa main dans la sienne, se rendant compte qu’elle ne plaisantait pas. « J’ai une leucémie. » C’est comme si le monde de Leah s’écroulait et qu’elle emmenait Ben avec elle, dans sa chute. « Tu dois te faire opérer quand ? » Oui, maintenant certains cancers pouvaient être guéris si on procédait à une opération. En voyant le regard de Leah, Ben connaissait sa réponse. Il la connaissait si bien qu’il n’a pas eu besoin de l’écouter lorsqu’elle fit sa dernière remarque. « Je vais être mise sur une liste, pour un don de moelle osseuse, mais ça peut mettre du temps. » Du temps, c’est ce qui lui manque. Ce soir-là, Leah n’avait pas réussi à dormir. Elle observait Ben, en train de dormir et elle se faisait la réflexion qu’elle avait la chance de l’avoir. C’est pourquoi ce fut un énorme choc pour la brune quand quelques semaines plus tard, elle découvre un appartement entièrement vide, avec un simple désolé pour un bout de papier. Ben était parti, et il lui a brisé le cœur.

Les mois suivants ont été plutôt durs. Leah a passé plusieurs examens, pour trouver l’origine de cette maladie, mais encore maintenant elle n’a pas eu de retour. Plusieurs tests ont été réalisés afin de pouvoir trouver un donneur compatible. Ses parents ont fait les tests, mais ils n’étaient pas compatibles. Callie, sa meilleure amie, a aussi voulu participer, mais ce n’était pas concluant non plus. De nombreuses fois, Leah avait voulu baisser les bras, mais une petite voix dans sa tête lui disait de tenir bon, que la chance allait enfin lui sourire et qu’elle allait le battre son cancer. Et puis il y a eu ce moment, cet instant où son médecin est venu lui faire part qu’il avait peut-être trouvé un donneur. Tout de suite, Leah a voulu rencontrer son sauveur, celui qui allait lui permettre de vivre. Bien qu’on lui ait dit qu’il était préférable de garder l’anonymat, Leah avait insisté. Elle ne savait pas si son donneur allait accepter mais ce fut le cas, et c’est ainsi que Yanérik est rentré dans sa vie, pour ne plus en sortir. Il venait la voir, chaque jour, pour prendre de ses nouvelles, pour voir comment elle allait. Avec lui, Leah lui parlait de tout et de rien, recommençant à avoir l’espoir d’un avenir. Au fil des semaines, la brune s’est liée d’amitié avec cet homme, ce brun qui a accepté de subir une opération douloureuse pour pouvoir la sauver, elle. Leah ne s’attendait pas à se lier autant avec son donneur, mais elle ne le regrette pas du tout. Elle a appris à le connaitre, et encore maintenant, elle aime en découvrir plus sur Yanérik. Il venait la voir plus souvent que sa propre meilleure amie, ou ses parents. La brune a pris goût de le voir venir dans sa chambre, rien que pour leurs discussions pendant des heures ou même simplement pour le voir, voir qu’il allait bien et qu’il n’allait pas la laisser tomber, l’abandonner comme d’autres ont pu le faire. Mais ce ne fut pas le cas. Cela fait désormais deux mois que la greffe a eu lieu, et tout s’est très bien déroulé, sans aucune complication. Leah peut souffler à nouveau. La convalescence de chacun leur a permis de passer encore plus de temps ensemble. La brune a d’ailleurs un peu mal vécu le moment où Yanérik a quitté l’hôpital, pouvant reprendre le court de sa vie, de son quotidien d’avant Leah. Sur le coup, elle s’est dit qu’il était entré dans sa vie mais qu’il était en train d’en sortir aussi. Il a fait une bonne action, en permettant à la brune de vivre, mais c’était tout. Mais c’est surement le côté paranoïaque de la brune, qui s’est mis cette idée toute seule en tête, puisqu’au final, Yanérik continuait de venir la voir, même après qu’il ait quitté l’hôpital, durant tout le temps de sa convalescence. Et puis, elle a pu reprendre sa vie là où elle pensait qu’elle s’était arrêtée, il y a un mois. Leah a pu récupérer son poste d’infirmière dans le service pédiatrie et elle croise souvent Yanérik à l’hôpital puisqu’il est ambulancier. C’est dingue. Ils ont travaillés tous les deux au même endroit, mais ils ne faisaient pas attention à l’autre auparavant, et maintenant, elle ne se voit pas passer un jour sans l’apercevoir. Yanérik continue de lui apporter son café le matin, et il vient parfois la trouver dans son service, pour s’assurer que les derniers examens qu’elle a pu passer sont bons, que son cancer est derrière elle, que tout est désormais parfaitement sous contrôle. Même si elle apprécie cette présence dans sa vie, la brune commence à se poser de multiples questions. Yanérik est présent pour elle, constamment, ce qu’elle apprécie. Leah se rend compte qu’il a pris une véritable place dans sa vie, dans sa tête et dans son cœur. Elle a simplement peur d’affronter un nouvel abandon, si cette complicité avec son sauveur venait à disparaitre. Elle tente de mettre cette idée dans un coin de sa tête, pour profiter de l’instant présent et des petits plaisirs que la vie peut lui offrir, à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackheart.forumactif.fr
blackheart.
Admin
avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 13/03/2015

MessageSujet: Re: Fiches de présentation    Dim 18 Juin - 0:24

Citation :
NOM Woods, la dernière chose qu'il lui reste de son père en dehors de son éternel optimisme. Alors autant dire qu'elle y tient. PRÉNOM(S) Lyra, juste Lyra. ÂGE 28 printemps qu'elle erre sur cette terre. NAISSANCE 12 juin 1989 à Wellington. NATIONALITÉ Néo-zélandaise et fière de l'être. ORIGINES Néo-zélandaise bien qu'il semblerait qu'elle ait des origines égyptiennes du côté de son arrière grand-mère paternelle. Bref pas sûre que ça compte réellement! STATUT CIVIL Célibataire depuis qu'un p'tit con a déserté à l'annonce de sa leucémie. Quand on dit que c'est dans les moments difficiles qu'on reconnaît les vrais... ORIENTATION SEXUELLE Bisexuelle, l'amour n'a pas de genre selon Lyra! OCCUPATION Infirmière en pédiatrie, plus qu'un métier, une passion. ARGENT Assez pour vivre et parfois même pour faire quelques économies... si elle n'a pas une nouvelle lubie! GROUPE Positive minds, encore plus depuis qu'elle est tombée malade. THE FORTUNE TELLER *lâche Lyra dans la gueule du loup*

❇ ❇ ❇

Lyra est quelqu'un d'extrêmement positive. Depuis toujours elle a tendance à voir le bon partout, même là où il n'en a pas... ce qui peut la rendre parfois naïve. Cependant lorsqu'elle ouvre les yeux c'est pour de bon puisqu'elle est effectivement assez rancunière. Ou en tout cas jusqu'à ce qu'elle se sente capable de pardonner puisqu'elle n'aime pas se forcer de manière générale et sait pertinemment que ça n'amènera rien de bon de toute manière. Lyra n'est pas du genre à se venger mais plus à se dire que le karma le fera si nécessaire, elle se contente donc d'être franche en disant le fond de sa pensée puis d'ignorer la personne concernée. Avec ses proches elle est par contre moins ferme et a plutôt tendance à bouder. Son passe-temps favoris. Ce qui la rend puérile pour certains, attachante pour d'autres. Il n'empêche qu'elle n'en reste pas moins sérieuse et adulte quand c'est nécessaire. Cette âme d'enfant qu'elle a gardé laisse juste des traces. Au delà de ça elle est très serviable et aidera les gens si elle le peut. Grâce à son métier elle a fort heureusement appris à connaître ses limites, elle sait donc la plupart du temps s'arrêter quand cela va au delà de ses capacités et se contenter de faire ce qu'elle peut, sait ou veut faire. Bien qu'elle paraisse toujours très joyeuse elle a aussi son caractère et une petite part sombre, elle essaye juste de ne jamais les laisser trop prendre le pas parce qu'elle n'aime pas la négativité. Hormis lorsqu'il s'agit d'injustice ou de jalousie dans ces cas-là il lui est malheureusement impossible de se contrôler. En parlant de contrôle, bien qu'elle aime avoir le contrôle sur sa vie elle n'en reste pas moins téméraire. Elle adore se laisser surprendre par la vie, se disant que rien n'arrive sans raisons mais surtout elle aime apprécier les petits plaisirs de la vie. En bref, Lyra c'est une vraie boute-en-train avec laquelle tu risquerais de te brûler les doigts si tu en abuses! Tu souhaites en savoir davantage sur Lyra ? Invite-la à boire un café pardi! Si elle est bien lunée la sociable qu'elle est acceptera très certainement. Mais ne compte pas qu'elle te livre aussi facilement tout ce qu'il y a à savoir sur elle parce que même si c'est une grande bavarde, elle a un peu de mal à parler d'elle et risque de très vite détourner la conversation et déconner afin de pouvoir continuer à garder ses secrets dans cette boîte qu'elle appelle vie privée...  

Citation :
Elle adore être aux fourneaux mais c'est une bien piètre cuisinière, par contre c'est un vrai chef pour les desserts alors il ne faut pas s'étonner si elle vous gave de gâteaux faits maison. / Elle aime autant les enfants que les animaux. La seule différence c'est qu'avec les enfants elle a réussi grâce à son travail à faire la part des choses. Par contre il n'est pas rare de la voir au bord des larmes devant une émission animalière. / Elle ne supporte pas l'injustice, quand on la connaît il n'est donc pas étonnant de la voir prendre la défense d'une personne maltraitée dans la rue, quitte à parfois se mettre en danger. / Elle est très gourmande et passe sa vie à manger. Elle a d'ailleurs mille et une choses qui traînent dans son sac au cas où elle aurait un petit creux. / Elle a une collection aussi impressionnante qu'indécente de chaussures. Les chaussures c'est sa vie. Mais elle essaye de se soigner, promis! / Elle adore danser et chanter, comme ça sans raison. Ou encore faire le clown. C'est sans doute pour cela qu'elle a un si bon feeling avec les enfants au travail. / Elle n'a ni tatouages ni piercings parce que oui madame l'infirmière a peur des aiguilles, ce qui continue encore aujourd'hui de faire rire ses collègues bien entendu. / Elle ne sait pas mentir, déjà qu'elle n'aime pas en plus elle est vraiment pas douée pour ça. Du coup elle use toujours de pleins de stratagèmes pour ne pas avoir à mentir. / Elle a une jarre qu'elle a rempli quand elle était au plus bas de sa maladie avec des petits papiers où elle a écrit les choses qu'elle comptait faire si elle guérissait. Depuis qu'elle a été opérée, dès qu'elle n'a pas trop le moral elle prend un des papiers et fait ce qu'il y a d'écrit, ne se permettant aucune excuse pour ne pas le faire. Puis ça va mieux tout à coup. / Bien qu'elle adore avoir ses moments de solitude elle ne pourrait pas vivre seule et a donc toujours vécut en colocation depuis qu'elle a quitté le nid familial. / Elle adore le sport, surtout la boxe. Elle en fait depuis son plus jeune âge et maintenant qu'elle va mieux elle a hâte de pouvoir reprendre cette activité. / Elle a une quantité impressionnante de magasines qu'elle ne lit pas mais ouvre uniquement pour faire les mots fléchés, ça lui rappelle ces heures à en faire avec son père. D'ailleurs pas mal de ses proches gardent les magasines pour Lyra et les autres savent que si ils veulent les faire il ne faut pas les laisser traîner si elle est dans les parages. / Ne trouvant pas le temps de lire depuis quelques années elle a très souvent un casque sur les oreilles et quand ce n'est pas pour écouter de la musique, elle écoute des livres audio. Et même si elle sait qu'elle ne les lira peut-être jamais, elle achète le livre en format papier si elle l'a aimé. / Bien que maniaque de la propreté elle est assez bordélique au grand dam de ses colocataires. Faut dire qu'elle est très conservatrice et a tendance a accumuler beaucoup de choses juste parce que ça lui rappelle un moment, une personne ou une sensation agréable. / Elle est de très bon conseil et adore jouer les psychologues avec les gens. Même ceux qu'elle connaît assez peu. Malheureusement pour elle elle n'est pas toujours d'aussi bon conseil la concernant.

Citation :
8 ans /
« Doudou j'y arrive paaaaaas! » La brunette fait la moue, la tête posée sur les genoux de son père alors que l'adulte s'occupe de la même manière que sa fille : ils font des mots fléchés. C'est leur rituel du samedi, le jour de repos du père Woods. Ils vont au parc et font des mots fléchés. Et son samedi fléché, Lyra elle y tient. Tellement que même lorsque ses frères et sœurs lui demandent de jouer dans la cabane elle leur dit qu'elle les rejoindra en rentrant, lorsque sa mère lui propose de faire des gâteaux elle dit qu'elle en fera avec elle pour le jour saint et quand ses amis veulent la faire venir jouer chez eux elle répond chaque fois qu'elle ne sera disponible que le mercredi qui vient. En bref, rien ne peut lui faire manquer cet instant avec son paternel. Faut dire que dans une famille de cinq enfants c'est compliqué d'avoir des moments privilégiés avec les parents et même si les enfants Woods sont tous fusionnels avec leurs parents, tous sont d'accord pour dire que Lyra et son père c'est différent.

17 ans /
Alors lorsqu'un jour on leur apprend que dans quelques semaines, on lui enlèvera son papa, Lyra elle ne le vit pas bien. Elle a beau avoir dix sept ans et avoir profité de chaque instant avec son père, elle n'est pas prête. Cependant un jour alors que Jackson Woods était à l'hôpital pour suivre son traitement qui avait pour unique but d'apaiser ses douleurs, ce père pourtant pas prêt non plus à laisser sa famille derrière lui va faire comprendre deux choses à Lyra. Petit un, on est jamais prêts à vivre sans ses parents. Petit deux, ce petit garçon de six ans tout au plus qui est allongé dans ce lit et branché à mille et une machines, mérite bien plus de vivre que son père. Mais ce n'est pas là la leçon non. Ce n'est ni que la vie est certes injuste mais que si elle fait mourir quelqu'un c'est parce que cette personne a fini d'accomplir sa tâche sur terre. Et surtout pas qu'il faut déprimer parce qu'on est de toute manière tous nés pour mourir. Non ce jour-là Lyra comprendra quelque chose qui changera à jamais sa vie puisqu'en quittant son père elle lui confiera après avoir déposé un tendre baiser sur le front de ce dernier « Certes c'est injuste que des gens meurent mais moi je veux tout faire pour les aider à rester en vie. Et si ce n'est pas possible je veux que quelqu'un les accompagne dans cette nouvelle étape et la rende la plus agréable possible. » Oui ce jour-là Lyra a compris qu'elle désirait devenir infirmière. Plus particulièrement pour enfant, parce que son père avait raison, même si c'était injuste que les pères ne meurent ça l'était encore plus lorsqu'il s'agissait d'un fils...

25 ans /
« ASH ARRÊTE DE M’EMBÊTER!!! » Telle une enfant malgré ses vingt cinq ans bien passés, Lyra affiche une moue boudeuse. « Allez! Donne-moi le colis, c'était des collectors, j'étais o-bli-gée de les acheter. Ce n'est pas ma faute. » Ashvin la regarde, autant attendri, qu'amusé. Il la connaît bien sa Lyra et il sait qu'elle risque de retourner tout l'appartement qu'il vient de ranger afin de trouver son nouvel achat ainsi il lui amène le paquet qu'elle convoite tant. « Cette fois je ne l'ai pas ouvert. » lui fait-il remarquer, se souvenant de la fois où elle l'a accusé avoir fait une trace sur des baskets blanches soit disant elles aussi collector. C'était le mois dernier. Un large sourire et une mine ravie se dessine sur le visage de sa petite amie, il ne peut s'empêcher de lui tendre les lèvres afin de troquer ce qu'il tient entre les mains contre un baiser. Impatiente il n'a le droit qu'à un bref baiser « Ça t'apprendra à me confisquer mes affaires, je ne suis pas une gosse! » dit-elle en lui tirant la langue, l'emballage déjà éparpillé sur la table de la salle à manger. Très convaincante! Ashvin le lui ferait bien remarquer et ajouterait également que ça lui apprendra à toujours retourner l'appartement tel Taz le diable de Tasmanie cependant il sait qu'elle est bien trop concentrée sur son achat et qu'elle ne l'écoute déjà plus alors il contemple sa petite amie émerveillée pour une simple paire de baskets. Qui a dit que ce qui faisait rêver les femmes étaient les diamants ? Celui-là ne connaissait pas Lyra Woods en tout cas!

Son histoire avec Ashvin n'avait rien d'un conte de fée et était somme toute bien banale. Alors oui ça n'avait rien d'une histoire digne d'un film à l'eau de rose tels ceux qu'elle aimait faire subir à leurs colocataires. Mais c'était leur histoire. Ashvin et Lyra, des colocataires peu à peu devenus amants puis les tourtereaux de la coloc. Et selon la jeune Woods c'était une belle histoire parce que c'était la leur. Ainsi elle avait donc l'impression d'avoir tout pour être heureuse, une famille aimante, des amis aussi funs qu'attentionnés, un petit ami adorable, un métier dans lequel elle s'épanouissait. Mais, parce que oui il faut un mais... un jour tout s'est effondré.

27 ans /
« Une leucémie oui Mademoiselle Woods. Comme votre père. » Lyra regarde le médecin avec des yeux ronds comme des ballons et ne sachant pas trop quoi elle lance contre toute attente « Quand je pense au nombre d'aiguilles auxquelles je vais avoir affaire... Vous savez que je n'aime pas les aiguilles docteur ? » Interloqué par une telle réaction, le spécialiste bredouille « Euh.. hmpf... Non je ne savais pas. » Bien entendu qu'il n'en savait rien, même si Lyra travaillait dans le même établissement elle n'avait jamais remis un pied dans le service dans lequel son père avait rendu son dernier souffle. Après quelques informations complémentaires et formalités, Lyra quitte le médecin, regrettant tout à coup d'avoir refusé que Ash l'accompagne. Mais l'éternelle optimiste qu'elle était s'était dit que c'était sans doute rien de grave, parce que oui même si elle savait depuis son père que ça n'arrivait pas qu'aux autres, elle ne pensait pas que ça allait lui arriver. Et pourtant, tout comme son père il y a presque 10 ans jour pour jour, il restait à Lyra un an tout au plus à vivre.

Mais une mauvaise nouvelle n'arrivant jamais seule... « Pardon ? Tu... TU QUOI ? » Elle le regarde avec effroi, ne sachant pas très bien si elle a envie de fondre en larmes ou de lui hurler dessus. Oui Ash avec qui elle est depuis plusieurs années maintenant vient de lui annoncer qu'il quitte la coloc. Et bien entendu il n'a même pas le courage de lui dire ce que ça veut réellement dire les concernant mais étrangement Lyra le sait déjà. Elle voudrait lui cracher au visage toute la déception et quelque part la haine qu'elle sent l'envahir. Elle ouvre donc la bouche mais la referme presque aussi vite. Certes elle pourrait le faire mais en plus de l'affaiblir plus qu'elle ne l'est déjà, elle perdrait surtout son temps. Et en ce moment, le temps est une denrée qu'elle ne peut se permettre de gaspiller. De son côté, lui il aurait sans doute préféré qu'elle l'insulte parce que lorsqu'elle pose son regard froid dans le sien et se contente de souffler « T'es un lâche Ashvin, alors t'as raison de partir ouais. Juste... juste vas-t'en ok ? » Il la connaît assez bien pour savoir ce que ça signifie. Quoiqu'il en soit elle détourne le regard aussitôt sa phrase achevée puis s'en va en claquant la porte de cet appartement qui a longtemps été le leur. Beaucoup de colocs étaient passés mais eux ils étaient toujours restés. Pourtant aujourd'hui l'homme qu'elle aimait l'abandonnait et même si elle lui en voulait terriblement, elle a compris après quelques temps que c'était injuste. A commencer par lui parce que de toute manière elle risquait de prochainement mourir et si ce n'était pas lui, ça allait être elle qui l'abandonnerait bientôt. Mais surtout pour elle, parce qu'elle n'était décidément pas prête à prendre le risque de perdre le reste du temps qu'il lui restait à détester quelqu'un qui au fond n'en valait semble-t'il pas la peine.

Quelques mois plus tard /
Bien qu'elle n'avait jamais baissé les bras, Lyra s'était dit qu'au lieu d'espérer quelque chose qui pourrait ne pas arriver, à savoir une greffe de moelle osseuse, elle allait plutôt profiter du temps qu'il lui restait. Mais ça avait été sans compter sur la maladie qui prenait de plus en plus le pas. Pourtant même lorsqu'elle s'est retrouvée obligée de passer tout son temps dans un lit d'hôpital elle ne perdait le moral que très rarement. Beaucoup de personnes du corps médical autant que de patients disaient que c'était impressionnant de la voir aussi rayonnante et positive. Ses proches eux, ils n'étaient guère étonnés ayant l'habitude que même dans les plus sombres instants, Lyra veillait à rester le moins négative possible. Quoiqu'il en soit tout le monde s'accordait à dire que c'était triste qu'une personne aussi bienveillante soit touchée par la maladie. Ce à quoi Lyra répondait en référence à son regretté père, si elle avait encore quelque chose à accomplir un miracle se produirait, sans quoi elle comptait bien profiter du temps qu'il lui restait.

Et ce miracle a fini par arriver. Un jour le docteur lui a annoncé d'un air enjoué « Nous avons un donneur Lyra! » C'était après un épisode de quelques jours où la brune avait bien cru y laisser la vie. Mais il semblait que ce n'était pas son heure et elle s'était d'ailleurs demandée si elle tiendrait jusqu'à ses vingt huit ans et serait alors destinée à mourir à l'âge qu'avait son père lorsqu'elle est née. Un beau signe, parce que oui Lyra elle est comme ça, à essayer de trouver des "signes" parfois là où il n'en a pas. En tout cas le destin, la chance, appelez ça comme vous le souhaitez, en avait décidé autrement puisqu'elle allait recevoir une greffe. Et un peu comme une évidence pour elle, quand elle a appris la nouvelle elle a demandé à son spécialiste, qui attendri par Lyra avait développé avec cette dernière une relation assez particulière, si il était possible de rencontrer ce fameux donneur avant la greffe. Ce à quoi il a répondu qu'il demanderait au principal intéressé mais qu'il était fort possible que ce dernier refuse. Au début elle ne savait pas bien pourquoi elle ressentait ce besoin mais lorsque le donneur a accepté et qu'elle a ressenti un fort soulagement l'envahir dès la première rencontre, elle a rapidement compris : elle voulait s'assurer que ça n'allait pas être la moelle osseuse de quelqu'un de "bizarre" qui allait se retrouver en elle. Ainsi lorsqu'il lui a demandé pourquoi elle avait fait la requête de le rencontrer et qu'elle le lui a confié, elle s'est mise à rire de bon cœur quand il lui a ensuite demandé si elle aurait refusé si il lui avait semblait bizarre. Ce à quoi elle a répondu  « Bien sûr que oui, voyons! » Une moue amusée sur le visage, elle avait ensuite repris « En réalité non, je compte bien ne pas laisser passer cette chance! » avant de reprendre d'un air taquin « La preuve tu as une coupe vraiment étrange et je ne m'inquiète pas un seul instant. » Oui entre Lyra et son miracle qu'elle connaissait dorénavant comme étant Yanérik, le feeling était tout de suite passé. Certes la jeune femme n'avait jamais de problème à bien s'entendre avec les gens mais avec ce dernier, ça s'était fait aussi rapidement que naturellement.

28 ans /
Lyra s'empare du café que lui tend le jeune homme  « Tu sais que ça commence à jaser dans le service ? Tout le monde nous prend pour un couple. » dit-elle à moité amusée. A moitié parce qu'en réalité Lyra se pose beaucoup de questions ces derniers temps. Quand elle était malade et qu'elle ne savait pas de quoi serait fait le lendemain elle ne faisait aucun projet, alors débuter une relation elle n'y avait pas songé un seul instant. Néanmoins depuis que son médecin lui a annoncé qu'elle est officiellement en rémission, pas mal d'interrogations se soulèvent, à commencer par qu'est-ce qui les unit elle et Yaya comme elle l'aime le surnommer. N'est-ce simplement qu'une belle amitié ou est-ce que ça va bien au delà ? Une chose est sûre, la jeune Woods se prête parfois un peu trop au jeu de la relation fusionnelle qu'ils entretiennent. Si bien qu'il lui arrive de se surprendre à espérer plus. Pour autant elle ne sait pas ce qu'il en est du côté de celui qu'elle considère comme sa bonne étoile, alors absolument pas prête à prendre le risque de gâcher cette belle relation qu'elle partage avec ce dernier depuis bientôt huit mois maintenant, elle n'a pas encore trouvé le courage d'aborder le sujet. Et le rire de Yanérik qui se joint au sien après ces derniers mots la conforte dans l'idée que ce n'est pas la chose à faire pour le moment. Elle se contente donc de lui rappeler  « Au fait, pour ce soir j'ai commandé chinois, si tu ne veux pas finir empoisonné n'oublie de passer chercher la commande en venant à la maison! » Oui ce soir Lyra fête ses vingt huit ans et pour célébrer ce jour qui aurait pu ne pas arriver sans son Yaya, il va de soit que la brune compte bien fêter ce jour à ses côtés. Avant de le laisser partir elle lui tend une boîte remplie de ses gourmandises préférées. « J'espère que Joe n'a pas tout mangé ceux que je t'avais préparé hier. » Après l'avoir laissé enfin partir, Lyra se tourne vers sa collègue avec un fin sourire dessiné sur les lèvres. Et alors qu'elle s'apprête à boire le café qu'il lui a amené elle ne peut empêcher son sourire de s'élargir lorsque cette dernière lui fait remarquer « Qu'est-ce que je disais, un vrai petit couple! » L'infirmière lève néanmoins les yeux au ciel et quitte le box dans lequel elle se trouve afin de continuer à travailler tout en lui disant  « Ne sois pas jalouse parce que toi tu n'as pas un donneur de moelle qui t'amène un café presque chaque matin! » Avant de rire. Il n'empêche que cette idée lui reste malgré tout en tête... c'est vrai qu'ils se comportent comme tel et Lyra s'en habitue tellement qu'elle a presque l'impression d'en devenir dépendante. Alors, ça veut dire quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackheart.forumactif.fr
 
Fiches de présentation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plagiat du thème et de la fiche de présentation de mon forum RPG.
» Générateur de fiches de présentation (messages)
» A lire avant de se présenter + fiches de présentation
» Fiche de présentation
» aide pour faire une fiche de patenaria et de présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blackheart :: LIBRE SERVICE :: Les signatures.-
Sauter vers: